La fin d'un manque

Publié le par Pruneau

Un chercheur annonçait récemment que Harry Potter est créateur d'accoutumance. Peu de gens douteront que c'est une dépendance dont je souffre. Les drogues douces menant aux drogues dures (alors que pour les brosses à dents, c'est le contraire), j'ai depuis peu une nouvelle assuétude : l'élection présidentielle américaine (ou états-unienne, si ça vous fait plaisir).

Lorsqu'un Français parle des présidentielles américaines, il est de bon ton qu'il qualifie leur système de suffrage indirect avec grands électeurs d'anti-démocratique, d'inégalitaire et d'injuste, avant d'ajouter que de toute façon, ces  $&*#% d'hommes politiques américains sont tous les mêmes et que s'ils étaient en France, les Démocrates formeraient l'aile conservatrice de l'UMP tandis que les Républicains appartiendraient à l'aile libérale du Front National. Heureusement que le scrutin uninominal majoritaire à deux tours bien de chez nous, démocratique, égalitaire et juste, n'aboutirait jamais à une telle aberration !

On peut penser ce qu'on veut des grands électeurs, le fait est qu'avoir des primaires au cours desquels on laisse les électeurs choisir les candidats est loin d'être idiot et que la campagne actuelle a tout pour faire vendre : un débat d'idées profond entre les deux partis (si si), de la politique spectacle dans le duel Obama-Clinton, un suspense qui n'en finit pas et une forte présence sur Internet qui permet à chacun de perdre ses journées à suivre les moindres détails via YouTube, votre journal préféré ou Wikipedia.

Malheureusement, ces six dernières semaines , il ne s'est presque rien passé sur le front de l'élection. Ce soir, c'est le grand retour : la Pennsylvanie vote enfin, les toxicos comme moi auront quelque chose à se mettre sous la dent, dans les veines ou les narines.

Et c'est aussi l'occasion de relancer ce blog et de mettre fin au terrible manque dont je suis sûr que vous souffriez aussi, chers lecteurs. Non ?

Publié dans Politique

Commenter cet article

viviane 14/05/2008 08:54

Pruneau qui poste sur son blog ! Alors là c'est tellement espacé qu'il m'a fallut 3 semaines pour m'en rendre compte. Je ne trouve pas qu' en France, le système soit si différent : au PS, Ségolène Royal a été désignée candidate après le vote des militants, je ne crois pas qu'il y ait eu une opposition à Sarkosy crédible à l'UMP, Bayrou représente le MODEM à lui tout seul. Pour Royal/Sarkozy, le choix s'est fait finalement sur la popularité des uns ou des autres dans les sondages, et si à cette date il y avait eu vote, je pense que les candidats élus auraient été les même que ceux qui ont été désignés.

Cox 01/05/2008 01:31

Enfin un nouveau billet ! Je ne passais plus par ici, tellement c'était vide comme le coeur d'Umbrage.

Je ne regarde les élections américaines de loin, j'avoue, bien que j'ai cherché des infos sur le programme de ce fameux Barak.

Perso je suis à 100 % pour Hillary. Pas pour son programme, ses positions modérées ou son expérience, non, penses-tu ! Parce que c'est une femme, qu'elle est blonde, et son mari joue du saxo. Je trouve ça cooooool !

Chino 24/04/2008 13:27

Je trouve cette forme d'election beaucoup plus proche du peuple, le choix du candidat ne nous ai pas proposé en france et c'est à cause de cela qu'on se retrouve à voté par defaut. Après je suis d'accord avec Smokman, les primaires sont trop longues, fatiguent les gens, et de plus (comme chaque fois) dégoutent les gens de voter étant donné le nombre de fois où on leur demande de se déplacer.

L'amérique est toutes ses contradictions est vraiment présente dans ses elections

Geabulek 23/04/2008 10:16

Ce qui désavantage énormément les démocrates, c'est que dans la plupart des Etats, la répartition des délégués est faite à la proportionnelle alors que pour les républicains, the winner takes all !

Non, ce qu je trouve vraiment dérangeant c'est quand certain expliquent qu'il est probable que les super délégués choisissent Clinton parce qu'elle a plus de succès avec les électeurs qui ne leurs sont pas acquis, à l'opposé des noirs et de leur équivalent de nos bobos qui, de toute facon, voteront démocrate...

Bref, bon retour chez les vivants !

(Ah, oui, aussi, ton abherration est une aberration)

Smokman 23/04/2008 00:23

Quitte à me faire traiter de sale Français par l'autre expatrié, j'ai aussi suivi avec intérêt les primaires états-uniennes, et ce déchirement continu des démocrates permet effectivement aux républicains de reprendre tranquillement la tête de la régate, le bateau concurrent se voyant incapable de choisir un skipper... Ces primaires durent depuis trop longtemps, et quelque soit le vainqueur, comme dit Kurt, il arrivera sur le ring final sur les rotules en face d'un candidat frais et reposé, ayant déjà bien étudié la tactique de son adversaire.

La gauche a perdu 2 présidentielles comme ça, leurs leaders étant incapables de s'entendre...